Le taux d’endettement des ménages

fr4.2a.jpg


























Le graphique ci-dessus montre l’évolution du taux d’endettement des ménages (ici défini comme le rapport entre les encours de crédit et le revenu disponible) qui est une mesure de leur solvabilité macroéconomique. Cette dernière nous parait indispensable pour analyser correctement l’évolution et l’importance de l’endettement des ménages. Une augmentation de l’endettement qui s’accompagne d’une augmentation proportionnelle des revenus devrait être sans effet pour les ménages qui supportent cet endettement. Nous décomposons le taux d’endettement total en un taux d’endettement lié au crédit hypothécaire (axe de gauche) et en un taux d’endettement lié à du crédit à la consommation (axe de droite).

Au cours des 15 dernières années, l’endettement total des particuliers a progressé plus rapidement que le revenu disponible. Le taux d’endettement total est passé, entre 2002 et 2016, de 52,7% à 101,6%, soit une augmentation de 48,9 points de pourcentage. Sur cette période, l’évolution de l’endettement total des ménages était de 172%. Nous pouvons donc conclure qu’une partie de la hausse de l’endettement des ménages est compensée par une hausse de leur revenu disponible. L’endettement a toutefois augmenté plus rapidement que le revenu. L’endettement hypothécaire, équivalait à 44,7% du revenu disponible en 2002 pour 91,3% en 2016. Entre 2002 et 2016, l’endettement hypothécaire a donc augmenté de 46,6 points de pourcentage. L’évolution du taux d’endettement lié à du crédit à la consommation a été d’ampleur nettement moindre que celle de l’endettement lié à du crédit hypothécaire. Sur cette période, il est passé de 8,1% à 10,3%, soit une augmentation d’un peu plus de 2 points de pourcentage.


Précautions particulières :


Même s’il est souvent utilisé comme tel, le taux d’endettement ne constitue pas un bon indicateur de la solvabilité des ménages. Premièrement, ce taux met en rapport des éléments difficilement comparables. Le revenu disponible, d’une part, est une variable de flux exprimée sur base annuelle. L’encours de crédit aux particuliers, d’autre part, est une variable de stock qui nous indique le total des dettes devant encore être remboursées par les particuliers sans indication d’un quelconque délai de remboursement moyen.

Deuxièmement, l’encours de crédit ne constitue qu’une partie des charges liées au service de la dette. Au remboursement du principal s’ajoutera le paiement d’un intérêt qui sera susceptible, lui aussi, de détériorer les conditions financières des ménages. 


Voir aussi : Le rapport entre endettement et patrimoine financier des ménages