Formation à la guidance budgétaire et à la connaissance de la déontologie d'un travailleur social



 
quoi.jpg
2 modules répartis sur 2 journées (9h à 16h).
Possibilité de choisir des modules à la carte.
qui.jpg

Cette formation est destinée à toute personne intéressée (choix des modules à la carte).

Attention : les travailleurs sociaux souhaitant exercer ou exerçant au sein d’un service de
médiation de dettes et qui ne sont pas titulaires du diplôme d’assistant social sont obligés de
suivre l’ensemble des modules.

combien.jpg
100€ pour les 2 journées ou 50 € par journée.
Ce prix comprend un sandwich, les pauses-café, les supports.
ou.jpg
Namur
 quand.jpg

 Module 1: 23/09

Module 2: 26/09

  Inscription


  
  1.jpg
Comment mettre en œuvre une guidance budgétaire et une cogestion budgétaire ?



rose_formateur.jpg






Delphine Incoul et Nathalie Conrotte, médiatrices de dettes au Groupe Action Surendettement.
rose_duree.jpg



 

6 heures 
rose_contenu.jpg



 

La formation se déclinera selon quatre questions principales :

  • qu’entend-t-on par guidance et cogestion budgétaire ? : définitions, avantages et inconvénients de chacune d’elles tant pour l’usager, le travailleur social ou encore le médiateur, opportunité de leur mise en place ;
  • comment élaborer un budget réaliste ? : évaluer les revenus et les charges des personnes (outils, échanges de pratiques, standards budgétaires…), mettre à disposition des outils à utiliser afin de rendre le budget compréhensible pour l’usager, favoriser la bonne lecture du budget, intérêt pour l’usager ;
  • comment, à quel rythme et dans quel but procéder à l’évaluation du budget ? : favoriser l’évolution positive du budget (aides à solliciter, pistes d’amélioration du budget…), réagir aux saisies et cessions afin d’éviter une dégradation du budget ;
  • quand et comment mettre en place la cogestion budgétaire ? : envisager la remise en autonomie de l’usager, élaborer le budget mensuel moyen avec l’usager, mettre divers autres outils à sa disposition, contrôler la manière dont l’usager gère ses revenus et ses dépenses, effectuer à la place de l’usager le paiement de ses charges courantes, en tout ou en partie, et/ou opérer soi-même les paiements destinés aux créanciers.

rose_competences.jpg




  • permettre à l’usager de comprendre les enjeux de la guidance / de la cogestion budgétaire ;
  • comprendre les attentes de l’usager ;
  • déterminer les limites de l'intervention du médiateur ;
  • mettre des outils appropriés à l’usage du bénéficiaire ;
  • identifier et évaluer les revenus et les charges courantes mensuels moyens de l’usager ;
  • déterminer le disponible à consacrer au remboursement des créanciers ou à d’autres fins ;
  • connaître les aides sociales existantes.

  2.jpg
Quelles sont les obligations légales et déontologiques que doit respecter un travailleur social ?


rose_formateur.jpg




François Istasse, assistant social, enseignant à HELMo ESAS
 
rose_duree.jpg




6 heures 

rose_contenu.jpg




Attention : cette journée de formation est spécifiquement consacrée à la déontologie du travailleur en général.

Cette formation est essentiellement axée sur les obligations légales et déontologiques du travailleur social de manière général. Il s’agira notamment de savoir dans quelle mesure les informations reçues de l’usager peuvent être partagées avec les collègues du service ou avec les organes de l’institution dont le service fait partie ou encore d’apprendre à gérer les relations du travailleur social avec l’usager, avec d’autres travailleurs sociaux et les autres collègues ainsi qu’avec l’institution qui l’emploie.

rose_competences.jpg





  • situer la déontologie professionnelle des travailleurs sociaux dans le contexte social et politique actuel et ses évolutions ;
  • comprendre et maîtriser le secret professionnel et ses dernières évolutions, l’étendue du secret professionnel et ses exceptions ;
  • comprendre et maîtriser la notion de secret professionnel partagé ;
  • confronter les notions de secret professionnel et de secret professionnel partagé aux pratiques de terrain, au départ de cas concrets : avec les usagers, avec des collègues (assistantes sociales ou autres), avec la hiérarchie, avec des professionnels (travailleurs sociaux ou non) d’autres services.