Formation à la guidance budgétaire et à la connaissance de la déontologie d'un travailleur social

 
 Durée 

 Lieu 
 Date 
 Inscription 
 2 jours
Liège 5/09, 28/11

Cliquez ici
Mons

17/10, 20/10 

Cliquez ici


L’inscription entraîne l’adhésion aux conditions générales de vente.


  
Tout assistant social ainsi que toute personne s’intéressant à la guidance et à la cogestion budgétaire sont invités à suivre les modules consacrés à la guidance budgétaire et à la gestion budgétaire, aux aides sociales qui peuvent être mobilisées au profit de l’usager et à la connaissance de la déontologie d’un travailleur social ou un ou deux de ces modules. 







MODULE 1 : Comment mettre en œuvre une guidance budgétaire et une cogestion budgétaire ?



2017_formateurs.jpg



Ce module sera dispensé par Monsieur Gwénaël Leriche, juriste à l'Observatoire du Crédit et de l'Endettement avec l’appui d'un(e) assistant(e) social(e) spécialisé(e).  Il s'agira du service de médiation de dettes de Braine Le Comte pour le module dispensé à Mons.

2017_dure_module.jpg



 
6h


2017_contenu_module.jpg



 
Il est indispensable pour le personnel d’un service de médiation  de dettes qui n’a pas bénéficié de la formation d’assistant social de disposer d’outils et de pratiques indispensables à une des premières démarches incombant au médiateur de dettes, à savoir l’élaboration d’un budget. Il est, en effet, essentiel de pouvoir identifier les revenus et les charges courantes mensuels moyens de l’usager afin de déterminer le disponible qu’il pourra consacrer au remboursement de ses créanciers ou à d’autres fins. Cet outil permettra de révéler à l’usager sa solvabilité réelle, d’accroître son autonomie, le cas échéant, de pouvoir construire un plan d’apurement sur des bases réalistes et de pouvoir respecter ce plan. Diverses techniques seront proposées pour permettre d’apprécier les montants de dépenses mensuelles moyennes (forfaits de référence, seuils de pauvreté, …).

A cette fin, il devra être combiné avec d’autres outils et techniques (élaboration pour chaque mois d’un budget déterminant le montant maximum de dépenses à effectuer, ouverture d’un compte de paiement non lié à une ouverture de crédit, constitution d’une réserve préalablement à la mise en œuvre du budget mensuel moyen, …).

Il y sera question de mesures pratiques à mettre en  œuvre en cas de recours par les créanciers à différents moyens de recouvrement (saisie, cession de rémunération, compensation…) et des aides sociales à activer en faveur de l’usager (chèque-mazout, logement social, aide juridique, tarif social…).

La cogestion budgétaire sera également abordée : elle ne consiste pas seulement à élaborer le budget mensuel moyen avec l’usager, à mettre divers autres outils à sa disposition et à lui expliquer leur fonctionnement, à contrôler la manière dont l’usager gère ses revenus et ses dépenses mais aussi à effectuer à sa place le paiement de ses charges courantes, en tout ou en partie, et/ou à opérer soi-même les  paiements destinés aux créanciers.





MODULE 2 : Quelles sont les obligations légales et déontologiques que doit respecter un travailleur social ?



2017_formateurs.jpg




Ce module sera dispensé par Monsieur Gwénaël Leriche, juriste à l'Observatoire du Crédit et de l'Endettement avec l’appui d'un(e) assistant(e) social(e) spécialisé(e). 

Il s'agira du
service de médiation de dettes de Braine Le Comte pour le module dispensé à Mons et de Monsieur Istasse, professeur à la Haute Ecole Libre Mosane HELMO pour le module dispensé à Liège. 
 


2017_dure_module.jpg




6h


2017_contenu_module.jpg




Le module concernera les principes de base en vigueur qui gouvernent l’exécution d’un travail social correct et les relations du travailleur social avec l’usager, d’autres travailleurs sociaux, ses autres collègues et l’institution qui l’emploie.

La question du secret professionnel et de son application concrète en accord avec les principes déontologiques seront analysées. Cette obligation légale (article 458 du Code pénal) dont la violation est réprimée pénalement mérite en effet d’être étudiée en détail. D’une part, parce qu’elle est fondamentale dans le travail social qui implique la confiance de l’usager dans le service et une collaboration étroite et loyale entre eux. D’autre part, parce que la majorité des travailleurs sociaux y sont soumis. Il importe donc de connaître l’étendue de cette obligation, ses limites et les quelques possibilités d’y déroger. Ainsi, peut-on partager les informations reçues de l’usager avec les collègues du service de médiation de dettes, avec d’autres collègues et les organes de l’institution abritant ce service ?






Veuillez lire les conditions générales des formations avant de vous inscrire.